Martin Barral
Violoncelliste et chef d'orchestre

Né le 28 juin 1961 à Paris, il étudie le violoncelle au C.N.R de Boulogne Billancourt avec Michel Strauss, l'analyse avec Alain Louvier puis termine ses études à Caen. Il en sort en 1985 pourvu des diplômes d'analyse, de déchiffrage, de musique de chambre, de violoncelle (prix d'excellence à l'unanimité) et d'harmonie. Il obtient ensuite le premier prix au concours de l'U.F.A.M., puis le diplôme d'état de professeur de violoncelle. Martin Barral est violoncelliste aux orchestres Lamoureux, Pro Arte et Solistes de France.
C'est en sortant du rang de violoncelliste, comme quelques aînés illustres, que Martin Barral, à la demande de son chef, dirige l'orchestre symphonique de Caen. Dès lors, il prend les conseils de Jean Louis Basset et se perfectionne auprès de Dominique Rouits (professeur à l'Ecole Normale de Musique), Jean Sébastien Béreau (professeur au Conservatoire National Supérieur de Paris), Carl Von Abel (chef assistant de l'Orchestre de Munich) et de Philippe Caillard pour la direction de chœurs.

Son premier orchestre
.
Martin Barral crée en 1984 avec quelques amis professionnels son propre orchestre "De Musica" qui reçoit rapidement des appréciations élogieuses des plus hautes instances musicales. Finaliste du concours de la FNAPEC, il est en 1993 lauréat de la Fondation Cziffra. Chef principal de l'Orchestre De Musica, depuis 1984, il est subventionné par le Conseil Général des Hauts de Seine. Des solistes internationaux sont venus cautionner la qualité de son travail au sein de l'Orchestre De Musica, tels que : Philippe Aïche, violon solo de l'Orchestre de Paris, qui fut violon solo de l'Orchestre De Musica durant deux ans, Isabelle Flory, Nadine Pierre, J.P. Audoli, M. Perez, Marc Zuili, V. Wagner, Nicolas Bone, C. Icart, S. Koche, Michel Strauss, Yury Boukoff ...
Pour la musique contemporaine, Martin Barral montre son attachement puisqu'il participe à de nombreuses créations, notamment celles de E. Tanguy, J.Y. Malmasson : Le Chant de Dahut, œuvre lauréate du concours de composition de Rennes en 1985, de P. Lepenec dont le spectacle fut mis en scène par P. Santini et donné devant plus de 22000 personnes dont des membres du gouvernement français, et du compositeur polonais Piotr Moss.

Les premiers succès.
Des festivals font appel à Martin Barral, entre autres les festivals de Bretagne, de St Donat, de La Rochelle, des Yvelines, du Haut Nivernais, de St Germer de Fly, Jean de la Fontaine, en clôture, ou encore celui de Nemours qui fut filmé par François Reichenbach. Il ouvre le printemps musical de Vanves où il sera invité les années suivantes. En avril 1993, il est sollicité au Printemps de Bourges par Denis Dupays, chef de la maîtrise de Radio - France. Engagé par le Conseil Général de l'Eure, au Château de Neubourg, où fut donnée en 1660 la première représentation d'un opéra en France, le public découvre un opéra de Mozart dans ce lieu, jusqu'ici oublié. Christophe Dechavanne invite le public à écouter un concert donné en hommage aux victimes du sida. Martin Barral dirige le requiem de Mozart. Il est invité par Yamaha France à diriger, salle Gaveau, lors de son concert annuel. Avec le Conseil Général des Yvelines, les villes du département, il est directeur artistique du projet d'opéra "Les Noces de Figaro" de Mozart. Il dirige de nombreuses fois le concert et est invité sur France Musique.

Des enregistrements salués par la presse.
C'est après l'effondrement du Mur de Berlin que le flûtiste Marc Zuili découvre les concertos de J. Quantz, partitions inédites qui sont alors publiées aux éditions Schott. En 1993, Martin Barral dirige et enregistre ces concertos. Antenne 2, Le Figaro, L'Evénement du jeudi, Libération, Fanfare (U.S.A.), The Air (G.B.), Musique au Cœur (Eve Ruggieri), Bernard Pivot, Alain Duault ont salué l'enregistrement de ce premier CD.
En 1995, il remplace l'Orchestre de Montpellier au Festival de l'Hérault sur le thème "La Musique et la Nature". Il dirige un Concert-Ballet contemporain à Blagnac, spectacle est placé sous l'égide du Ministre de la Culture. En juin 1997, il donne un concert à l'hôtel de ville de Paris pour la soirée du 150 ème anniversaire de Cartier. En 1997, pour la parution du second CD de Quantz, "Le flûtiste de Sans-Souci", l'orchestre, sous la direction de Martin Barral, joue à Musicora en direct du stand Radio-France à la Cité de la Musique.

1998 : Martin Barral rejoint l'orchestre d'Orsay.
En juin 1998, Martin Barral remporte le concours pour la direction musicale de l'Orchestre Symphonique du Campus d'Orsay, qui lui permet d'aborder le grand répertoire symphonique, tout en conservant parallèlement la direction de l'orchestre De Musica. Sous sa direction, l'orchestre d'Orsay progresse dans tous les domaines et peut accéder à un répertoire plus ambitieux, avec notamment le "Requiem" de Verdi ou "Sheherazade" de Rimsky-Korsakov (voir les références récentes). En 2001, il donne en création une œuvre de Piotr Moss, "Le Petit Singe Bleu", commande du Ministère de la Culture pour l'orchestre d'Orsay, qui fait ensuite l'objet d'un enregistrement sur CD. En 2002, dans la saison de l'Opéra de Massy, il est invité à diriger l'Ensemble Instrumental de Massy avec, pour programmes, "Contrastes du XXème Siècle" et "L'Histoire du Soldat" de Stravinsky. En juillet 2003, il est invité avec l'orchestre d'Orsay au Festival de Luxeuil-les-Bains pour donner la symphonie "Sarajevo" de Philippe Chamouard, et en août il dirige un orchestre de 800 musiciens au concert final des "Orchestrades" de Brives-la-Gaillarde.

Contact : par téléphone au 01 46 55 53 33 ou par e-mail.

(Retour à la page d'accueil).